Marcel Sassere, une vie bien remplie

Naissance et enfance

Marcel SASSERE est né le 6 décembre 1922, dans les Hautes Pyrénées. Son enfance a été partagée entre l’enseignement primaire à l’école du village et la participation aux travaux agricoles d’une petite exploitation de montagne(sept hectares, une petite dizaine de vaches et une cinquantaine de moutons) il s’occupe de la garde et des soins des bêtes, des labours, des foins et du ramassage du bois…

En 1935, il passe le certificat d’études et travaille à plein temps à la ferme. Après le départ de son frère aîné à la guerre en 1939, puis suite à l’emprisonnement de ce dernier en Allemagne pendant la durée du conflit, Marcel est le seul soutien de famille. Son père étant handicapé(invalide civil après un grave accident à la mine d’Arrens) et son plus jeune frère étudiant au séminaire de Saint Pé.

Suite de sa vie

  • En Novembre 1942, occupation d’Arrens par l’armée allemande qui surveille la zone frontalière devenue zone interdite.
  • Avril 1943, convoyage à la frontière espagnole, par la montagne, d’un petit groupe de jeunes gens.
  • 6 juin 1943, départ clandestin dans la nuit pour l’Espagne(avec deux autres jeunes gens non montagnards, qui ont failli faire prendre le groupe). Arrestation par la police espagnole peu de temps après le passage de la frontière.
  • Juin à fin novembre 1943, emprisonnement à Jaca, Sarragosse et Miranda del Ebro(camp de concentration par lequel sont passés la majorité des évades par l’Espagne) dans des conditions de vie et de discipline très dures(manque de nourriture et d’eau, gale, hostilité des gardiens…)puis dans des conditions plus humaines à Uberuagua au pays basque.
  • Novembre 1943, après  un  » accord » entre les Forces Françaises Libres et le gouvernement espagnol qui, sentant que la guerre peut mal tourner pour l’Allemagne, a changé de politique, transfert à Malaga(regroupement pour la nuit dans les arènes mais liberté dans la journée)
  • 30 novembre, embarquement sur le Sidi Brahim pour Casablanca.
  • Décembre 1943, engagement volontaire dans les Forces Françaises Combattantes(dans l’aviation).
  • 1er janvier 1944, embarquement pour les États-Unis pour être formé dans les « centres de formation du personnel navigant et des mécaniciens en Amérique » par convention entre l’armée française et les États-Unis.
  • Du 10 janvier à octobre 1944, formation à la mécanique aéronautique militaire(et cours d’anglais) successivement dans le Nebraska, le Mississippi (Biloxi), à Farmingdale dans la banlieue de New-York puis à Washington; obtention du brevet de mécanicien et stages portant sur les différents composants des avions.
  • 10 octobre 1944, départ de Norfolk en convoi d’une centaine de bateaux(ceux de l’arrière du convoi seront coulés par les sous-marins allemands), débarquement à Naples puis départ sur un bateau anglais pour l’Algérie.
  • 10 Novembre 1944, débarquement en Algérie et affectation au secteur de l’air n° 2;
  • Début janvier 1945, transfert à Marseille, puis mouvements successifs vers les bases de Dôle, Luxeuil et Holzheim avec des déplacements en Allemagne: entretien et réparation des avions militaires.
  • Démobilisation en août 1945 à Toulouse.
  • Août 1945 à juin 1947, travail en région parisienne et formation professionnelle d’ajusteur.
  • Juin 1947, recrutement à Air France en tant que mécanicien au sol à Orly, à Dakar, puis de nouveau à Orly jusqu’à sa retraite en 1980.

 

Éléments d’ordre privé

En 1949, il épouse Colette PORTET, née de parents ariégeois de la vallée de la Barguillère. De cette union naquirent deux filles. Installé à Pamiers depuis sa retraite, il fit cependant des séjours réguliers dans sa maison natale d’Arrens.

Depuis Janvier 2015, il était résident à la maison de retraite du Bariol, en raison de problèmes de locomotion.

Responsabilité associative

Marcel fut président de la section des anciens combattants d’Arrens-Marsous pendant 10 ans.

 

Décorations

  • Médaille militaire,
  • Médaille des évadés
  • Croix du combattants volontaire de la guerre 1939-1945
  • Médaille d’honneur de l’Aéronautique (vermeille)

Titulaire de:

  • La carte d’interné résistant
  • la carte du combattant
  • la carte du combattant volontaire de a résistance.

 

 

Il s’est éteint le 18 janvier 2019

 

Témoignage transmis par Monsieur Eric PERIN Directeur département de l’ONACVG.

R.Mengual

 

 



Taille du texte
Contrast